Quelle est la différence entre l’impressionnisme et le réalisme ?

Publié le : 24 février 20224 mins de lecture

D’un point de vue artistique, le XIXe siècle est le siècle du réel, ou du moins d’une tentative de réel. Alors que des siècles auparavant, la fabrication artistique avait des objectifs « supérieurs », aussi contraignants soient-ils : détailliste (virtuose), moraliste, idéaliste, héroïque… Au 19ème siècle, et pour la première fois bien sûr, l’art pouvait certainement exprimer, sans restriction et sans entrave, tout ce qui fait un personnage. Le réalisme a, dans la lignée de Delacroix, dès lors, cherché à supprimer le carcan conventionnel qui imposait aux artistes une vision de l’art. En effet, dans le contexte du soulèvement et de l’industrialisation des ouvriers, les réalistes ont certifié l’objectivité, de la reproduction des scènes sociales (paysans et ouvriers) au traitement du sujet (natures mortes, paysages…). Les impressionnistes ont par la suite posé cette question de la réalité de manière différente. Quel est leur sujet ? Il ne s’agit pas de la réalité, mais de ce que nous percevons.

Le réalisme !

Apparu sous la monarchie de Louis-Philippe de Juillet (1830-1848) en France, le réalisme se développe et se formalise après l’instauration de la Seconde République et la Révolution ouvrière de 1848. L’industrialisation à outrance, les classes sociales défavorisées étaient l’un des thèmes favoris des artistes réalistes, qui étaient également en lutte contre l’ordre établi (l’académisme, dans ce cas). Les peintres actuels du réalisme composaient, en fait, la 1ère génération d’artistes ayant évolué avec la photographie (son invention publique a été fixée en 1839, c’est la date du prélude du daguerréotype, qui autorisait à délimiter le temps de pose à certaines dizaines de minutes).

Les caractéristiques du réalisme !

– Les sujets en faveur du réalisme : la scène  » ordinaire « , avec une réflexion sociale (vie ouvrière et paysanne), les paysages….

– La reproduction « naturaliste » de ce qui est vu. La reproduction célébrée (jugée trompeuse) propre au traditionalisme est rejetée.

– L’affirmation du « style » d’un artiste, qui dénonce l’académisme comme un carcan limitant la liberté de travail, et qui pour certains refuse les étiquettes (ce qui rend encore plus abordable le classement des artistes par courants).

L’impressionnisme !

Dans la continuité du réalisme, le courant impressionniste français s’est présenté pour saisir la raison dans sa concision : la peinture en plein air (déterminée par les jeux de lumière) et la reproduction du mouvement étaient au cœur de l’approfondissement des impressionnistes. Ils rompaient également avec les « représentations » lisses de l’académisme.

Les différences entre l’impressionnisme et le réalisme sont les suivantes : les peintres réalistes qui veulent peindre un paysage représenteront la nature de manière réaliste ; mais les impressionnistes qui veulent peindre un paysage représenteront la nature telle qu’ils la perçoivent.

Plan du site